La Suède, un modèle de durabilité ?

Publié le par gazettedugeographe

 

http://etablissements.ac-amiens.fr/0021823w/spipchm/IMG/jpg/carte_suede.jpg

La Suède est le plus peuplé des pays nordiques avec ses 9,2 millions d’habitants sur une superficie relativement importante (la troisième d’Europe) équivalent à 449 964 km2 ce qui en fait un pays relativement peu dense, le taux d’urbanisation étant de 84% établi sur un peu plus d’1% du territoire.

La population est essentiellement située dans la moitié sud du pays autour des trois grands pôles urbains que sont Stockholm (la capitale), Göteborg et Malmö. Ces trois villes, représentant les « poumons économiques » du pays, sont à la pointe en terme d’innovation, notamment sur le plan environnemental, économique ou pour l’économie « verte ».  Stockholm et Malmö ont mis en place des quartiers durables (Hammarby Sjöstad, BO01,…), où les aspects environnementaux, économiques et sociaux sont mis en avant avec un avantage prononcé pour le volet environnemental comprenant des politiques performantes concernant l’énergie, l’eau, les transports en commun et l’absence de circulation automobile, des équipements de quartier (crèche, commerces, écoles, lieux de prière, etc…) et une qualité architecturale hors norme, à la pointe des questions environnementales. Göteborg, n’a pas la même approche que ses deux rivales mais a opté pour l’aménagement de la rive Nord du Göta Älv (située sur l’île d’Hisingen et proche du centre-ville), où a été mis en place un grand quartier multifonctionnel avec l’Université Chalmers, des entreprises de grande renommée (Ericsson, Volvo, etc…), deux écoquartiers, des centres commerciaux, un complexe hôtelier… Pour en faire un pôle économique de grande envergure tout en étant un lieu de vie agréable par sa multifonctionnalité et sa performance environnementale. Dans ces trois villes, d’autres aménagements sont en cours, dans la lignée des quartiers évoqués ci-dessus, ce qui renforce l’idée d’une Suède faisant la promotion de la « durabilité » par rapport à ces principales villes.

 

http://archiguide.free.fr/PH/SUE/Mal/MalmoLogBo01TangoMRYFFNS.jpg 

Dans ces trois villes, d’autres aménagements sont en cours, dans la lignée des quartiers évoqués ci-dessus, ce qui renforce l’idée d’une Suède faisant la promotion de la « durabilité » par rapport à ces principales villes.

 http://www.sweden.se/upload/Sweden_se/english/articles/SI/2008/Hammarby%20Sjöstad%20-%20living%20green%20in%20central%20Stockholm/Sweden_hammarby.jpg

Au-delà de ces dernières, la Suède est reconnue comme un pays très sensible à la question du développement durable, essentiellement sur son aspect environnemental. Elle a d’ailleurs été d’une grande activité à propos de cette question au sein des institutions européennes (Stratégie de Göteborg en 2001, Conférence sur le Climat de Copenhague en 2009…) et a apporté une plus-value considérable à l’U.e sur cette question, après avoir été un des premiers pays d’Europe à intégrer cette question à l’échelle de son territoire, au début des années 90.

Sept principes composent la stratégie suédoise pour le développement durable (2002) parmi lesquels on trouve :

 

- Le développement durable en Suède peut être atteint seulement au sein d’une coopération globale et régionale.

- Les politiques, mesures et préoccupations sur les questions du développement durable doivent être privilégiées et intégrées dans les secteurs politiques existants

L’action au niveau national est nécessaire pour veiller à long terme sur la protection des ressources en danger qui constituent la base du développement durable

- L’action au niveau national est nécessaire pour veiller à long terme sur la protection des ressources en danger qui constituent la base du développement durable.

 

http://www.sweden.se/upload/Sweden_se/english/publications/SI/Facing%20the%20future/Hammarby-sjostad.jpg

Dans cette stratégie développée et amendée au fil des années, aucun thème n’a été laissé de côté, aujourd’hui, la Suède est référencée pour son modèle, que ce soit sur « l’égalité homme-femme », des prestations sociales généreuses, une négociation incontournable en amont entre syndicat et patronat, un système universitaire performant et juste, la priorité à l’enfance, etc. Ceci accompagnée d’un système fiscal lourd, que la population ne trouve pas excessivement contraignant du fait de l’assurance d’un bon usage des finances publiques. 

 

Ce modèle suédois paraît idyllique et idéal mais demeure perfectible. Dans les grandes villes, des difficultés d’intégration des minorités et des immigrants demeurent, dans certains quartiers à l’écart du centre-ville, où des politiques sociales peu performantes à l’égard de ces populations provoquent un certain nombre de difficultés de cohabitation. Malgré sa réputation de terre d’asile, pays égalitaire et de respect des « droits de l’homme », la social-démocratie à la suédoise ne peut donner de leçons au reste de l’Europe pour un pays qui a tout de même stérilisé environ 60000 personnes entre 1935 et 1976 (gens du voyage, handicapés mentaux, comportements asociaux,..) bien que ceci ait été dévoilé tardivement, en 1997, avec des excuses publiques du pouvoir à partir de cette date, à propos de cette période douloureuse de l’histoire du pays. De même, certains quartiers des grandes villes sont laissés pour compte concernant les politiques sociales et notamment d’éducation, le taux d’analphabétisation étant plus élevé dans ces quartiers du fait d’un volontarisme faible des pouvoirs publics. Aujourd’hui, des tensions existent et la Suède qui pouvait se vanter d’être un des pays échappant à l’émergence des mouvements d’extrême-droite, a vu, en septembre dernier, l’avènement de 20 députés venant des rangs des Sverigedemokraterna (le parti d’extrême-droite suédois). Dans un autre registre, le système de santé, malgré ses prestations généreuses, induit des files d’attente de plus en plus importantes et le délai pour se faire soigner est de plus en plus important.

 

La Suède présente de nombreux atouts sur le plan environnemental et du développement durable et joue le rôle de « pilier » dans l’Union européenne sur cette thématique. Les trois grandes villes sont représentatives de ces politiques en étant des pôles d’innovation à dimension européenne voire mondiale autant sur le plan économique qu’environnemental. Les prestations sociales en faveur de la population restent généreuses et permettent l’épanouissement familial (congés de paternité de longue durée, équipements pour l’enfance, allocations familiales conséquentes) et la réussite professionnelle (initiative personnelle favorisée, éducation performante, système universitaire de grande qualité,…). Cependant, un impôt élevé est, en contrepartie, incontournable pour bénéficier de ce système. La Suède demeure le pays de la « troisième voie » combinant « libéralisme économique » et « justice sociale » (mais aussi dans ce cas, « performance environnementale »). Cependant, malgré tous ces points forts, des aspects négatifs demeurent sur le plan social, à savoir l’intégration des classes défavorisées et minorités ainsi que la cohabitation avec ces dernières, qui demeure paradoxalement la faille de ce système, ceci se vérifiant à l’échelle des villes, malgré cela, des personnes issues des minorités occupent des fonctions importantes et s’intègrent parfaitement à la population suédoise, notamment par le biais du sport.

 

 

La Suéde est le pays de la « troisième voie » combinant « libéralisme et « justice sociale » (mais aussi « performance environnementale). Cependant, malgré tous ces points forts, des aspects négatifs perdurent sur le plan social, à savoir l’intégration des classes sociales défavorisées et des minorités. Cette faille du système se vérifie à l’échelle des villes en particulier. Malgré cela, de nombreuses personnes issues des minorités occupent des fonctions importantes (Nyamko Sabuni, ministre de l’intégration et de l’égalité des genres ou encore Zlatan Ibrahimovich, footballeur d’origine bosnienne) et s’intègrent parfaitement à la population suédoise.

 

T.C.

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article